Préambule: 

Le jardinage est une école de modestie, il n’est pas non plus une science exacte ; quant à notre savoir, il demeure infime par rapport à tout ce que nous pourrons encore apprendre. Les indications ci-après sont le fruit de nos expériences jardinières et si vous procédez différemment et que ça marche, hé bien, c’est que vous avez raison… !!!

 

La culture :

Plantation : la tomate créant des racines sur toute sa tige, nous conseillons de la planter profondément en terre sableuse et de la coucher sur les deux tiers de la longueur du plant en terre argileuse, la tomate étant friande de matière organique, les trous de plantation sont enrichis de compost, d’orties froissées ; nous utilisons également avec bonheur le végéthumus.

Le chaud, le froid : Il lui faut les deux,….Pour mener à bien croissance et fructification la tomate a besoin d’un écart de température d’au moins 10 degrés entre le jour et la nuit. Ceci explique parfois les échecs dus à un excès de chaleur pendant la période d’élevage des plants.

L’arrosage : point trop n’en faut, de par ses origines la tomate est parfaitement capable de résister à des périodes sèches de plus ou moins longue durée selon la nature du sol. Mieux vaut pailler et s’en tenir à un arrosage abondant une ou deux fois par semaine. Un excès d’eau risque d’entraîner des maladies sur la plante et sur les fruits et, de toutes façons, reste nuisible au goût de la tomate car ce qui fait sa saveur c’est le taux de matière sèche, une tomate molle et aqueuse n’étant pas vraiment agréable à consommer.

Effeuillage, égourmandage : la plante pousse grâce à la photosynthèse, celle-ci apporte également le taux de sucre dans les fruits par l’intermédiaire des feuilles. Toutefois les feuilles du bas en vieillissant perdent leur pouvoir photosynthétique et deviennent même nuisibles à la plante ; il faut donc les enlever sans états d’âme. Par contre veillez à ne pas trop dégarnir la plante, surtout en été car alors vous risqueriez d’exposer les fruits à des brûlures et vous auriez un effet inverse à celui recherché. Quant à l’égourmandage, nous conduisons en général les variétés à gros fruits sur une seule tige, celles à fruits moyens peuvent être sur une ou deux tiges et nous laissons « foisonner » les tomates cerises tout en réduisant de temps à autre une envergure pouvant vite devenir envahissante.